PARCS DE NOÉ PROTèGE DESORMAIS DEUX ESPÈCES D’ÉLÉPHANTS

ÉLÉPHANTS DE SAVANE ET ÉLÉPHANTS de forÊT

De récentes études génétiques ont démontré qu’en Afrique, on distingue désormais deux espèces d’éléphant : l’éléphant de savane (Loxodonta africana) et l’éléphant des forêts (Loxodonta cyclotis), avant classifié comme sous-espèce.

C’est ainsi la première fois que le statut de ces deux espèces est évalué séparément, notamment « en danger critique d’extinction » pour l’éléphant de forêt et « en danger » pour l’éléphant de savane dans la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). 
31 mars 2021

Quelles sont les principales différences entre ces deux espèces ?

L'éléphant de savane d’Afrique est le mieux connu des éléphants ; c'est le plus gros et le plus lourd de tous les mammifères terrestres : les grands mâles peuvent mesurer 4 mètres de haut et peser jusqu'à 6 tonnes. Il a de plus longues et plus grandes oreilles et un dos concave. Les mâles et les femelles ont des défenses externes qui leur permettent d'arracher des écorces ou des racines qu'ils mangent, mais aussi de se défendre lors d'affrontements. Cette espèce se rencontre en prairie, marécage, et bord de fleuve, du Mali jusqu'en Afrique du Sud.

L'éléphant de forêt d'Afrique est moins connu que l'éléphant de savane en raison d'obstacles écologiques et politiques, qui l'ont rendu plus difficile à étudier et à protéger.
L'éléphant de forêt, présent dans les zones tropicales d’Afrique centrale et dans une série d’habitats forestiers en Afrique de l’Ouest, est plus petit, et d’une couleur plus foncée. Il a des oreilles généralement plus petites et plus circulaires et des défenses plus minces et plus droites. Il évolue en groupes bien plus petits qu’en savane, de 2 à 3 individus. 

Les chiffres montrent une effrayante chute de nombre d’éléphants en Afrique de 86% en 31 ans pour les éléphants de forêts, et 60% durant les 50 dernières années pour les éléphants de savane. 


Parcs de Noé sauvegarde les deux espèces

En ce qui concerne l’éléphant de savane, Parcs de Noé renforce notamment la protection de la Réserve de Faune de Binder-Léré au sud-ouest du Tchad, près de la frontière Camerounaise, qui en abrite la troisième plus grande population du pays, avec 120 individus.

En plus, Parcs de Noé a finalisé le contrat de partenariat pour la gestion du Parc National de Conkouati-Douli, au sud-ouest de la République du Congo, qui abrite une population d’environ mille éléphants de forêts.

Pour enrayer les différentes menaces pesant sur les pachydermes, Parcs de Noé a posé des colliers GPS sur quatre éléphants. Ce sont maintenant 3 mâles et 1 femelle qui pourront informer en temps réel l’équipe de terrain des déplacements de leurs pairs. Les équipes de protection ont été également récemment formées et équipées pour renforcer la sécurité de cette espèce, menacée par des bandes organisées pour le trafic d’ivoire à destination de l’Asie, par les groupes armés, et par les conflits homme-faune, en surcroît de la réduction de l’habitat disponible.

Ceci vient compléter les pièges-caméras placés pour inventorier la faune, et fournir des informations critiques sur l'utilisation de l'habitat, leurs mouvements et comportements.
Notre but est d’empêcher la régression et l’éventuelle disparition d’un herbivore important pour l’équilibre écologique, contribuant ainsi à la mitigation du changement climatique et le développement locale, en attirant de nombreux admirateurs en Afrique.




Dernières actualités