Retour aux actualités

Tentez le No Plastic Challenge !

30 septembre 2020

Le 24 septembre a eu lieu la Journée Mondiale de la Mer qui a pour objectif d’informer et de sensibiliser sur la protection de ces étendues couvrant les 2/3 de notre planète. Pour contribuer à protéger la biodiversité de cet écosystème fragile ainsi que celui des autres biotopes, vous pouvez depuis le 18 septembre et jusqu’au 2 octobre, participer à la 3ème édition du NoPlasticChallenge !

Promue par l’association No Plastic In My Sea, le challenge permet de prendre conscience de la place prépondérante du plastique dans notre quotidien et de son impact néfaste sur l’environnement. En mettant en avant ce défi, l’idée est de créer cette prise de conscience individuelle mais aussi d’exercer une pression sur les industriels afin qu’ils adaptent leurs emballages et produits.

A travers le monde, les statistiques sur les usages et le traitement de ce matériau sont désastreuses. En France, entre 21% et 26% du plastique utilisé est recyclé contre près de 10% dans le monde[1]. Sans comptabiliser les déchets qui sont très largement exportés vers d’autres pays notamment en Asie, où une partie du plastique ramassé est encore incinéré. Pour les déchets qui n’ont pas pu être récupérés et traités, la grande majorité finit directement dans la nature, enfouie ou dispersée.

Selon l’ONU et un second rapport paru en 2019 dans la revue Nature[2], ce sont aussi près de 8 millions de tonnes de plastique qui arrivent chaque année dans nos océans, soit près de 80% de tous les déchets confondus présents en mer. Ces déchets sont extrêmement compliqués à récupérer et flottent par conséquent à travers les eaux du globe, formant à certains endroits de gigantesques îlots de plastique depuis les années 90.

Créés par le biais des courants marins, de grands tourbillons appelés gyres océaniques emprisonnent la majorité de ces déchets parfois visibles en surface et souvent répartis jusqu’à 30 mètres de profondeur. Au nombre de cinq, ils se situent dans l’Atlantique Nord et Sud, le Pacifique Nord et Sud et dans l’Océan Indien. Leur surface cumulée atteindrait 1,6 millions de km2, soit trois fois la taille de la France et forme ce qui est communément appelé le 7ème continent.

Selon les experts, les océans contiendront plus de plastique que de poissons d’ici 2050[3].

Les conséquences sont directes pour la faune et la flore aquatiques

Dans ces vortex de plastique se retrouvent principalement des déchets de petite taille nommés microplastiques, qui sont essentiellement constitués de polyéthylène (de 80 à 90%) et aussi un peu de polypropylène. Le premier étant principalement utilisé dans le secteur de l’emballage, allant des flacons rigides jusqu’aux sacs et récipients souples.

Ces paillettes de quelques millimètres sont par la suite ingérées par les oiseaux et les poissons. Mais aussi par extension par les êtres humains, qui ingèrent ces microplastiques en consommant les espèces déjà touchées.

Selon l’Unesco, les déchets plastiques causent la mort de plus d’un million d’oiseaux marins et de plus de 100 000 mammifères marins chaque année.

Tous ces éléments massivement présents dans nos océans véhiculent des métaux lourds, des perturbateurs endocriniens (BPA), et d’autres polluants comme les phtalates (DEHP) et deviennent des pièges pour la biodiversité tout en ayant un impact probable sur la santé humaine.

Et si une grande quantité des plastiques se retrouvent dans les mers, la pollution des sols par ce matériau est similaire et n’est pas à négliger non plus.

Le challenge

L’objectif du challenge est donc simple : réduire sa consommation de plastique au maximum à travers 16 gestes simples !

  1. J’ai mon équipement pour éviter les gobelets et tasses jetables au bureau
  2. J’évite les fruits et légumes emballés sous plastique
  3. Je déjeune responsable, avec des vrais couverts / j’évite le take away
  4. On sort ! Et on n’oublie pas de dire « sans paille s’il vous plaît »
  5. Je fais mes courses en évitant les emballages. Je privilégie les emballages en matières recyclables et je teste le vrac !
  6. Je fais mes courses avec mon sac réutilisable toujours sur moi
  7. Je me lave « durable ». Avec le savon solide, bye-bye le plastique dans la salle de bains.
  8. En balade, au travail ou au sport, je choisis l’eau du robinet et j’ai toujours ma gourde !
  9. Un peu de shopping : je choisis des vêtements en matières naturelles pour éviter la propagation de fibres plastiques dans l’eau
  10. Je boycotte les sachets et doses individuelles (sachet de thé, sachet fraîcheur…)
  11. Produits ménagers : et si je les faisais moi- même ?
  12. J’opte pour la consigne quand elle est disponible (Ecocup...)
  13. Je réduis le plastique dans la salle de bains, je teste le shampoing solide
  14. J'évite de commander sur internet pour éviter le suremballage de la livraison en ligne
  15. Si je fume, je ne jette jamais mon mégot au sol
  16. J’ai bien réduit mon impact plastique et pour le plastique restant, je trie

Vous pouvez choisir plusieurs ou la totalité des petits gestes proposés, en évitant au maximum le plastique jetable (sacs de courses, pailles et couverts en plastique…) et en préférant les options réutilisables comme les gourdes en inox, les tasses, verres et couverts réutilisables sur son lieu de travail, les tote bags en toile pour faire ses courses, et les shampoings et savons solides…

Il a vocation à être partagé par le biais du #noplasticchallenge sur Twitter ainsi que sur les autres réseaux sociaux comme Facebook, et peut être effectué individuellement mais aussi en groupe. Ce concours peut ainsi être installé auprès des collectivités, en entreprise, tout comme dans le milieu scolaire ou en famille et entre amis grâce à son aspect ludique et éducatif.

L’association NoPlasticInMySea met également à disposition différentes ressources avant de vous accompagner dans ce défi :

[1] En fonction des sources : Ademe - 2018, Citeo 2019

[2] Ostle, C., Thompson, R.C., Broughton, D. et al. The rise in ocean plastics evidenced from a 60-year time series. Nat Commun 10, 1622 (2019). https://doi.org/10.1038/s41467-019-09506-1

[3] Source : Fondation Ellen MacArthur

Sources complémentaires :

 

https://noplasticinmysea.org/

https://www.castalie.com/journee-mondiale-de-la-mer/

http://www.septiemecontinent.com/expace-science/

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/un-septieme-continent-de-plastique-dans-l-atlantique_1547727.html