Une gestion concertée de la Réserve

Le projet dans la Réserve Naturelle Nationale de Termit et Tin-Toumma au Niger s’inscrit dans la continuité du Programme Antilopes Sahélo-Sahariennes (ASS). Ce programme avait abouti à la création en mars 2012 de la Réserve Naturelle Nationale de Termit et Tin-Toumma. Aujourd’hui le programme vise avant tout à la mise en place d’une gestion efficace de la Réserve, favorisée par la participation des populations locales et des principales parties prenantes.

Une biodiversité exceptionnelle

CNoe Gosso1 light

Située à l’Est du Niger, la région de Termit et de Tin-Toumma se caractérise par la richesse de son patrimoine naturel et culturel. Cette  immense zone isolée (100 000 km²) possède une diversité de paysages désertiques et une richesse faunistique importante et unique au monde. On y trouve plusieurs espèces remarquables, menacées d’extinction, telles que l’addax (Addax nasomaculatus) la gazelle dama (Nanger dama) et le guépard saharien (Acinonyx jubatus hecki), mais aussi des espèces comme la tortue sillonnée (Centrochelys sulcata), les outardes arabe et de Nubie ainsi que la communauté sympatrique de carnivores la plus importante du Sahara.

A cette biodiversité exceptionnelle s’ajoutent un patrimoine archéologique et culturel important, la zone se trouvant à un carrefour ethnique où se croisent des populations nomades Toubous, Touaregs, Peuls et Arabes aux modes de vie encore préservés. C’est pour protéger ce patrimoine que le gouvernement du Niger a classé officiellement par décret en mars 2012 la zone en Réserve Naturelle Nationale.

©Biosphoto - Alain Dragesco

La création de la Réserve Naturelle Nationale de Termit et Tin-Toumma (RNNTT) est l’aboutissement d’un processus entamé en 2005 par le programme Antilopes Sahélo-Sahariennes, un projet au niveau régional, porté par la Convention sur les Espèces Migratrices (CMS) et ayant fait l’objet d’un soutien du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) et de la Commission Européenne. Les populations locales majoritairement issues des communautés Toubous ont été associées au processus de création : elles ont exprimé leur volonté de bénéficier de la Réserve et ont ainsi pu participer à la définition du type d’aire protégée en adéquation avec leur attente. La Réserve correspond à une catégorie IV dans la classification de l’UICN.

Le programme se place à la suite de cette création, et cherche avant tout à favoriser une gestion optimale et durable basée sur le partenariat et les échanges entre les parties prenantes.