Retour aux actualités

Un plan pour sauvegarder addax et gazelles dama

05 juillet 2018

L’addax et la gazelle dama sont deux espèces emblématiques de la faune sahélo-saharienne parmi les plus menacées d’extinction à l’état sauvage. C’est pour cette raison que Noé et les Etats du Tchad et du Niger, avec le soutien de partenaires de la conservation de la faune sahélo-saharienne ont produit un plan d’action pour les 5 prochaines années pour sauvegarder ces deux espèces dans leur milieu naturel.

Initié en avril 2017 lors d’un atelier dédié à la conservation de ces deux espèces organisé à N’djaména, ce plan d’action priorise les actions à mener sur les 5 prochaines années sur les différents sites où ces deux espèces sont encore présentes à l‘état sauvage.

Ainsi, la conservation de ces deux espèces repose sur 3 axes :

  1. L’amélioration des connaissances sur ces deux espèces, leur distribution géographique notamment, ainsi que l’estimation précise de leurs populations
  2. La conservation in-situ, afin de préserver les derniers représentants de ces deux espèces dont le patrimoine génétique est un trésor au regard de la faiblesse de la diversité génétique des populations captives beaucoup plus nombreuses
  3. Le renforcement des populations existantes et/ou la réintroduction dans leur milieu naturel

Ce travail a été rendu possible grâce à la participation des services techniques des Etats du Tchad, du Niger, mais aussi du Comité Scientifique de la Convention des Espèces Migratrices. Il a bénéficié de l’expertise de Noé, de l’Union Internationale de la Nature et de son groupe de spécialistes des antilopes et des gazelles, du Sahara Conservation Fund, de la Zoological Society of London, d’African Parks Networks, et de la Royal Zoological Society of Scotland.

Cette feuille de route répond à l’objectif du projet mené par Noé au Niger et au Tchad de conserver la faune sahélo-saharienne, financé par l’Union Européenne et l’Agence Française de Développement. Noé a déjà mis en œuvre certaines des actions identifiées dés 2017, et continuera au travers du projet d'appui à la gestion durable d'aires protégées sahélo-sahariennes et du développement de nouvelles initiatives au Niger et au Tchad.