Retour aux actualités

Trois groupes d'addax observés dans le Tin-Toumma (Niger)

20 août 2018

L’une des antilopes les plus menacées, l’Addax, ne se trouve plus que dans une infime partie de la bande sahélo-saharienne, qui s’étend de la Réserve Naturelle Nationale de Termit et Tin-Toumma (RNNTT) à la frontière tchadienne. Sa présence au sein de la RNNTT a encore été confirmée en pleine saison chaude, ce dont Noé se félicite.

La saison chaude au Niger dans le Tin-Toumma, est une période difficile pour l’observation des addax. La température s’élève en moyenne à 42 - 44 degrés à l’ombre, mesurés au pied des rares arbres. Si ces zones d’ombrage sont habituellement privilégiées par les addax pour la relative fraîcheur qu’ils y trouvent, de multiples traces de véhicules à proximité ont éloigné les animaux et compliqué leur observation.

Malgré tout, les résultats sont très encourageants. Neuf individus ont été observés directement et de nombreuses traces et fèces collectées dans trois localités différentes prouvent l’existence de trois groupes distincts d’addax.

Un individu observé en janvier a été vu à nouveau dans la même zone en saison chaude, laissant penser que les groupes gardent leur structuration. Ainsi, les petits observés en janvier, et ceux observés durant la dernière mission permettent d’espérer que la population d’addax augmente petit à petit.

Les autres signes encourageants sont la présence de pâturages de qualité, indispensables à la survie des addax.

L’ensemble de ces éléments laisse imaginer une inversion de tendance pour cette espèce menacée, au moins au sein de la RNNTT alors que Noé et les autorités nigériennes concentrent actuellement leurs efforts pour déployer un modèle de gestion au sein de cette réserve qui devra assurer la survie de l’addax.

En attendant, Noé (grâce au soutien de l’Union Européenne et de l’Agence Française de Développement), continue de financer des missions de lutte anti-braconnage, de mobiliser les communautés locales et les autorités coutumières.