Retour aux actualités

Repos hivernal pour le sol, un peu moins pour le jardinier

24 janvier 2017

Qui mieux que vous, amis des jardins, savez que l’hiver apporte du repos à la végétation, mais pas forcément aux jardiniers. La préparation du sol de votre jardin, commencée dès la fin de l’automne, vous facilitera le travail au printemps.

En cette saison, le vent, le gel et la pluie sont autant d’agressions qui érodent et fragilisent le sol. Pour maintenir une couche de terre superficielle fertile bénéfique à vos futurs semis et plantations, vous avez tout intérêt à le protéger. Si vous avez arraché vos restes de cultures dans votre potager, vous pouvez disposer sur le sol nu des cartons humidifiés dépourvus d’encre, des feuilles mortes ou encore du paillage. Au printemps, une partie aura été décomposée et le reste continuera d’enrichir le sol les mois suivants. L’utilisation de compost pour recouvrir le sol est aussi préconisée et peut se faire tout au long de l’hiver. Ce matelas végétal grouille de vie : il favorise l’action des micro-organismes et des vers de terre qui digèreront cette matière organique tout l’hiver. Cette couche de compost peut aussi servir de gîte aux insectes et de garde-manger pour les oiseaux. Devenue humus, elle nourrira le sol.
En ce moment, mieux vaut bannir le bêchage, la tonte, le désherbage, ou toute autre action déstructurant le sol ou dérangeant la faune en hivernage, et laisser le jardin tranquille !

Sachez enfin que certaines pratiques peuvent être anticipées dès l’automne. Vous pourrez par exemple étaler les tontes de gazon et les feuilles mortes de petite taille pour couvrir un sol nu. Pensez aussi à semer en octobre un « engrais vert » ou des légumineuses (trèfles, luzernes…), afin de maintenir un couvert végétal tout l’hiver. Leur abondante végétation protège le sol, leur important système racinaire décompacte la terre et leur décomposition apporte de l’humus et des minéraux.
Au bout du compte, le sol ainsi couvert devrait être plus agréable à travailler. La terre sera moins compacte et boueuse et se réchauffera plus vite. La pousse des « mauvaises herbes » semble aussi réduite. Que de travail en moins pour le jardinier lors de la remise en culture au printemps !

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, en améliorant votre sol naturellement, vous aurez acquis un premier geste de la Charte Jardins de Noé et contribuerez à l’accueil de la biodiversité dans votre jardin !

Pour aller plus loin avec les Jardins de Noé...

- Compte rendu de la conférence de Claude Lydia Bourguignon sur le sol

- Les vers de terre

- Pourquoi améliorer son sol en respectant l’environnement