Retour aux actualités

Le Sulfoxaflor, la nouvelle substance active qui va remplacer les néonicotinoïdes ?

02 novembre 2017

L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a autorisé le 27 septembre 2017 le Closer et le Transform, deux insecticides de la firme Dow AgroScience et dont le principe actif est le Sulfoxaflor.

Le Sulfoxaflor est arrivé il y a deux ans en Europe, il a eu l’autorisation de mise sur le marché en août 2015 par la Commission européenne pour 10 ans, alors même qu’outre Atlantique, les Etats-Unis venait d’en interdire son utilisation sur son territoire pour ses effets indésirables sur les pollinisateurs. Etonnant, non ?

En effet, cette substance active est un neurotoxique qui agit sur le système nerveux des insectes. La mise sur le marché de ces pesticides a été certes accompagnée de restrictions d’utilisation (hors des périodes de floraison et de production d’exsudats et pas sur les cultures attractives pour les pollinisateurs) ils n’en restent pas moins des insecticides puissants.

Autre curiosité dans le processus d’homologation, cette substance au fonctionnement similaire aux néonicotinoïdes a été classée dans une autre famille appelée sulfoximines. Elle ne sera donc pas soumise à la loi pour la reconquête de la biodiversité du 8 août 2016 qui visait à interdire l’utilisation de produits phytosanitaires contenant une ou plusieurs substance actives de la famille des néonicotinoïdes à compter du 1er septembre 2018 (et définitivement au plus tard le 1er juillet 2020).

La justification pour cette surprenante classification vient du fait que le Sulfoxaflor est moins persistant dans la plante et dans les sols que ses homologues néonicotinoïdes. Ces derniers ayant mauvaise presse ces derniers temps, on comprend bien l’intérêt des géants de l’agrochimie à souhaiter une autre classification pour leur nouveau produits mis sur le marché.

Mais alors, où cela va t’il s’arrêter ? L’interdiction de l’utilisation des néonicotinoïdes en France a été un long combat parlementaire. Tout ça aura été vain ? Si on peut créer autant de famille que de nouvelles substances mises sur le marché, comment faire diminuer l’utilisation les pesticides nocifs pour les pollinisateurs ?

En attendant que la réglementation avance sur le sujet, Noé travaille avec de nombreux acteurs de l’agroalimentaire et du secteur agricole afin de voir comment diminuer l’utilisation des produits phytosanitaires au sein des itinéraires techniques des agriculteurs en impliquant toute la filière. Permettant ainsi de proposer des produits plus sains pour l’environnement et pour le consommateur.

Cependant, il reste peut-être un espoir, suite à cette autorisation de l’Anses, les Ministres de la Transition Écologique, Nicolas Hulot et de l’Agriculture, Stéphane Travert, ont demandé à l’Anses dans un communiqué de presse commun du 20 octobre "d'analyser de façon prioritaire" les "données complémentaires relatives aux risques" du Sulfoxaflor. Ces nouvelles analyses doivent permettre "dans les trois mois" d'éventuellement "modifier les deux autorisations de mises sur le marché" des pesticides en question.

Noé suivra de près les résultats de ces nouvelles études, rendez-vous dans trois mois donc !