Retour aux actualités

Le roseau Typha, quand une plante invasive devient utile

21 février 2017

Le roseau Typha est une espèce invasive très présente en Afrique de l’Ouest. Il a notamment envahit le fleuve Sénégal. Sa prolifération semble liée à une conjonction de facteurs : la mise en place de barrages anti-sel, en particulier celui de Diama en 1986, mais aussi le changement climatique et potentiellement l’usage d’engrais agricoles qui contaminent le fleuve.

En 2013, le programme « Typha Combustible et Construction en Afrique de l’Ouest » (TyCCAO) a été lancé afin de transformer cette nuisance en opportunité : il vise notamment à utiliser la ressource que représente le roseau Typha dans différents produits de construction et comme source d’énergie.

Ce programme est porté principalement par les Ministères de l’Ecologie du Sénégal et de Mauritanie, l’ADEME, le GRET, l’ARENE Ile-de-France et BioBuild Concept. Il est soutenu par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) ainsi que plus récemment par le FFEM (Fond Français pour l’Environnement Mondial).

Une large part du projet est consacrée au volet construction, organisé en trois axes :

  • Maitriser les risques d’envahissement du Typha et optimiser les modes de transformation en affinant la connaissance du fonctionnement biologique de cette plante,
  • Valoriser le Typha par le développement de matériaux de construction (bétons végétaux à base de terre et de ciment, panneaux, produits isolants, toitures en chaume, etc.),
  • Apporter un appui aux politiques publiques soutenant l’éco-construction telles que la réglementation thermique qui se met en place au Sénégal et des réalisations de bâtiments pilotes démonstrateurs,

La démarche est complétée par un plan de formation et de diffusion des connaissances.

Le programme TyCCAO représente un premier pas vers la valorisation d’autres bioressources disponibles en abondance dans la sous-région : cosses et pailles de riz, coques d’arachides, herbes des savanes, etc.

Le développement des matériaux biosourcés présente un fort potentiel pour un bâti respectueux de la biodiversité, enjeu au cœur de la démarche portée par le programme « Maisons de Noé ».

http://noe.org/restaurer/programme/les-maisons-de-noe/