Retour aux actualités

Le 8 octobre c'est le Jour de la Nuit

05 octobre 2016

Ce week-end se déroulera la huitième édition du Jour de la Nuit, organisée par l'association Agir pour l'Environnement, en partenariat avec 25 organisations associatives et institutionnelles dont Noé.

Ce samedi 8 octobre, ce sont plus de 600 événements en faveur de la protection du ciel étoilé et de l’environnement nocturne qui auront lieu partout en France. Partenaire proche de l’édition depuis 4 ans, Noé s’est déjà positionné depuis 2011 sur la thématique de la protection de l’environnement nocturne.

A travers ses programmes de restauration de la nature en ville, et notamment son programme Nuits de Noé, Noé partage cette ambition de sensibiliser les parties prenantes (entreprises, collectivités et grand public) à la fragilité des espèces nocturnes, les mobiliser pour limiter l’impact des nuisances lumineuses sur les écosystèmes et enfin les responsabiliser face aux enjeux du climat et de l’érosion de la biodiversité.

Monde vivant, inépuisable de surprises et riche en biodiversité, la nuit mérite une attention particulière. On pourrait penser que la nature dort la nuit, mais c’est tout le contraire ! Les espèces nocturnes, tout comme les espèces diurnes, participent pleinement à l’équilibre des écosystèmes. De nombreux insectes nocturnes sont ainsi, entre autres, essentiels pour la pollinisation des plantes à fleurs. Saviez-vous par exemple qu’il existe en France moins de 300 espèces de papillons « de jour » contre environ 5000 espèces actives la nuit, soit 20 fois plus ? Ceux-ci arborent d’ailleurs parfois des motifs et couleurs spectaculaires.

Les éclairages artificiels, qui répondent à des enjeux de sécurité ou d’esthétique pour les communautés humaines, représentent près de 40% de la facture d’électricité des communes. Cet éclairage, souvent énergivore et parfois excessif, n’est pas sans poser des problèmes à l’environnement et notamment à cette biodiversité souvent méconnue.

En premier lieu, la lumière artificielle peut modifier l’attrait des individus pour un environnement donné et leurs capacités à s’y orienter selon la réponse attractive ou répulsive qu’elle provoque. En second lieu et même s’il s’agit davantage d’effets à moyen terme, la lumière artificielle peut affecter leurs comportements locomoteurs, alimentaires, reproducteurs ainsi que leur communication.

En outre, les espèces sont naturellement synchronisées avec les cycles de la lumière naturelle émise par le soleil, la lune et les étoiles dans leur habitat. La lumière artificielle introduite bouleverse donc leurs cycles biologiques et cela de façon plus ou moins irrémédiable si rien n’est entrepris pour limiter ces effets.

Enfin, à l’échelle des écosystèmes et en plus des impacts provoqués chez chaque individu, la lumière artificielle peut engendrer des déséquilibres écologiques.

La généralisation d’un éclairage public qui répond aux attentes des citoyens, respecte la biodiversité et considère les enjeux sociétaux liés au développement durable est aujourd'hui une priorité, compte-tenu de la fragilité croissante des espèces nocturnes et la nécessité de transition écologique portée par les territoires.

En savoir plus sur le programme Nuits de Noé

Les animations près de chez vous pour le Jour de la Nuit