Retour aux actualités

L’art de se cacher, un super pouvoir de la Nature ?

08 mars 2017

Le mois dernier nous avons vu peupler nos rues de toutes sortes de déguisements ! Le Carnaval est une période de divertissement pendant laquelle l'ordre établi et la distribution des rôles sont renversés. Le roi devient un humble habitant, le mendiant est sacré roi, chacun se promène caché derrière son masque pour faire ce qui lui est interdit en temps normal. Chez certains animaux cette « fête » dure toute l’année ! Leur déguisement (mimétisme) leur permet de tromper leurs proies ou leurs prédateurs.

Le mimétisme est un mécanisme offensif ou défensif grâce auquel un animal se dissimule aux yeux de son prédateur ou à ceux de sa proie. Il s'agit, pour l'animal « déguisé », ou mimétique, de paraître ce qu'il n'est pas : un autre animal ou encore un élément inerte de l'environnement. Pour cela, il a recours à des artifices visuels, olfactifs ou comportementaux.

Il faut penser à différencier le camouflage du mimétisme. Il consiste à imiter des objets inanimés de l'environnement comme une feuille, une brindille (cas des phasmes), etc. Deux types de camouflage peuvent coexister : l'homochromie, qui est le mimétisme des couleurs et l'homomorphie, qui est le mimétisme des formes.

La phalène du bouleau (Biston betularia) mime l’écorce pour se dissimuler.

 

 

Le Citron (Gonepteryx cleopatra) se déguise en feuille pour passer inaperçu, de même que certains criquets.

 

 

Les ocelles (ou grandes taches de couleur sur les ailes) des papillons sont de grands masques vénitiens : la vue d'une paire d'yeux grands ouverts et regardants en face provoque une réaction de peur chez les prédateurs mammifères et oiseaux.

 

Chrysalide pointue et incurvée d'Anthocharis cardamines ou épine ?

 

 

Certains papillons peuvent aussi imiter un individu toxique, ayant mauvais goût ou dangereux. Ce mimétisme se réfère à deux espèces, qui sont semblables en apparence, mais dont seulement une est armée d'épines, de dards, ou de composants toxiques, tandis que son double apparent ne possède pas ces traits. La deuxième espèce n'a d'autre défense que sa ressemblance avec la première, que le prédateur associe avec une mauvaise expérience.

Nombreux sont les apparats possibles pour les insectes et en particulier les papillons, mais il en est un particulièrement déconcertant… Le Costume exotique de l’Hemeroplanes ornatus.

L’Hemeroplanes ornatus est une espèce de papillon sphinx qui vit dans les forêts tropicales humides d’Amérique centrale. Adulte, ce lépidoptère perd toute imagination et ne présente pas de particularité remarquable, mais sa larve est dotée d’une aptitude spectaculaire : lorsqu’elle est menacée par un prédateur, la chenille gonfle son thorax et sa tête jusqu’à prendre l’apparence d’une vipère. D’autres chenilles tropicales sont capables d’imiter grossièrement une tête de serpent, mais le mimétisme de l’Hemeroplanes est étonnant de réalisme. Non seulement elle parvient à imiter parfaitement les yeux, les écailles et la tête triangulaire d’un serpent, mais en plus elle simule un mouvement d’attaque. La nature n’est pas allée jusqu’à la doter d’un véritable venin, mais sa métamorphose suffit à dissuader ses ennemis de venir vérifier : potentielle reine du Carnaval des animaux ?!

Pour encore plus de plaisir devenez l’expert des habitants des forêts, Noé met à disposition pour vous une application mobile ludique et interactive. Par la suite ces données seront analysées et participeront à alimenter l’Inventaire national du patrimoine naturel !

A télécharger directement sur ce lien : https://biodiversite-foret.fr/appli/