Retour aux actualités

L’Agence Française pour la Biodiversité est officiellement créée

09 janvier 2017

La ministre de l’Environnement Ségolène Royal a signé le 23 décembre dernier le décret de création de l'Agence Française pour la Biodiversité (AFB). Co-signé par Barbara Pompili, Secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité, il a été publié fin décembre au Journal officiel et fait l’objet d’une communication en Conseil des Ministres du 4 janvier 2017.

Créée en application de la loi de reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages votée le 8 août 2016, l’AFB regroupera les compétences de l’Agence des aires marines protégées, l’Atelier technique des espaces naturels, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, Parcs nationaux de France. Une unité mixte est par ailleurs créée avec le Muséum national d’Histoire naturelle et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). L’AFB est donc dès à présent « l’opérateur central de l’Etat pour la biodiversité terrestre, aquatique et marine, en métropole comme en outre-mer. »

L’Agence s’organise dès ce début janvier 2017 autour de 3 pôles nationaux à Brest, Montpellier et Vincennes. Elle sera par ailleurs représentée localement et à l’outre-mer par des directions régionales correspondant aux régions administratives, des services départementaux, mais aussi l’ensemble des parcs naturels marins et des antennes de façade maritime.

Enfin, l’Agence tiendra son premier Conseil d’administration le 19 janvier 2017, sous la houlette de son directeur général, Christophe Aubel, ancien Directeur de l’ONG Humanité et Biodiversité.

Comme nous avons déjà eu l’occasion de le faire savoir, Noé se félicite encore une fois de la création de cette Agence, deuxième grand opérateur de l’État en matière d’environnement avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). L’AFB aura pour missions de développer et valoriser les connaissances sur la biodiversité et sur les services écosystémiques, de préserver et restaurer la biodiversité, d’accompagner les acteurs socio-économiques, de favoriser une gestion équilibrée et durables des écosystèmes, et de lutter contre l’appropriation illégitime des ressources naturelles. Elle contribuera par ailleurs à l’exercice des missions de police administrative et judiciaire de l’environnement.

Reste que l’AFB telle qu’elle a été créée en ce début janvier n’intègre donc pas l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), le lobby de la chasse étant encore visiblement bien trop puissant en France ! Cela fait de la nouvelle Agence une structure essentiellement axée sur la gestion de l’eau, bon nombre d’écosystèmes terrestres resteront donc en-dehors de son domaine de compétence !

Coté budget non plus l’Agence ne sera pas vraiment à la fête. Dotée d’une enveloppe de 225 millions d’euros, cela ne représente tout simplement que la somme des quatre budgets des quatre organismes ainsi regroupés, alors même que l’Agence devra assurer des missions complémentaires !

Il est donc légitime de se questionner sur la pérennité des missions de l’AFB. Où est donc l’Agence ambitieuse et dotée de moyens humains et financiers conséquents voulue par le gouvernement à la suite la première conférence environnementale de 2012 ?

Noé continuera donc de se mobiliser pour proposer des projets innovants et répondant aux attentes des territoires. C’est le cas avec le projet ambitieux porté par notre association en faveur des pollinisateurs sauvages, et qui fait écho au Plan National d’Action « France, Terre de Pollinisateurs » du Ministère de l’Environnement. A l’Agence de permettre aux associations de protection de la nature comme Noé, qui agissent tous les jours sur le terrain pour la préservation de la biodiversité à travers leurs programmes d’actions, d’avoir les moyens de les mettre en œuvre !