Retour aux actualités

La mangrove, un écosystème remarquable en danger

19 juillet 2016

Les mangroves jouent un rôle crucial pour le bien-être des populations locales et de notre planète.  Écosystème riche en ressources mais actuellement menacé, elles font aujourd’hui l’objet de nombreux débats.

Le développement des mangroves s’acclimate aux zones tropicales et subtropicales, dans un milieu à dépôt salin. Les palétuviers constituant ces forêts sont effectivement adaptés à vivre dans un mélange d’eau douce et d’eau salée. Ces écosystèmes se présentent ainsi à l’interface entre terre et mer et abritent une faune luxuriante.

Ils apportent aux populations locales des ressources riches et variées pour l’alimentation (avec poissons, mollusques et crustacés), la pharmacopée, la construction et le chauffage. D’une importance économique et environnementale considérable, les mangroves constituent également une barrière protectrice face aux tsunamis car elles aident à disperser l’énergie des vagues. Elles protègent les littoraux de l’érosion et jouent un rôle primordial dans la filtration de l’eau et de l’air en piégeant sédiments, carbone et polluants.

Seulement ces forêts sont menacées par leur surexploitation, le tourisme, l’aquaculture et les élevages de crevettes qui auraient entrainé la disparition de plusieurs centaines de milliers d’hectares en Asie du Sud-Est. Le réchauffement climatique avec la montée des eaux présente également une véritable menace pour cet écosystème. En Australie, une sécheresse inhabituellement longue couplée à une température élevée de l’eau a entrainé récemment la disparition de la mangrove sur une grande partie du nord tropical.

De nombreuses associations se mobilisent alors pour leur protection. Le 6 juillet 2016, une pétition lancée par l’ONG 350.org a d’ailleurs été soumise à l’UNESCO pour la protection de la mangrove des Sundarbans au Bangladesh, déjà classée Patrimoine mondial de l’humanité. Signée par plus de 50 000 personnes et soutenue par d’autres associations, elle dénonce la menace d’un projet de centrale à charbon à la lisière de la forêt qui déséquilibrerait cet écosystème fragile. Cette zone de mangroves, la plus vaste au monde, abrite effectivement des dauphins d’eau douce, des crocodiles marins et une centaine de tigres du Bengale.

Une gestion durable s’avère donc être indispensable pour garantir la pérennité de ces écosystèmes et, indirectement, le maintien de l’équilibre environnemental et social des zones côtières concernées. Des programmes de reforestation et d’éducation via l’éco volontariat et le tourisme « vert » se développent pour assurer leur maintien.

Noé agit également pour la préservation des écosystèmes de mangrove afin de sauvegarder la biodiversité qui leur est associée, notamment à travers ses actions d'appui au Parc National de Mohéli qui abrite 90% de la surface des mangroves des Comores et le Programme d'appui au Parc National d'Orango en Guinée Bissau dont la mangrove s’étend sur plus de 17 000ha !