Retour aux actualités

La lutte contre les feux de brousse

03 octobre 2017

Les feux de forêt sont un fléau estival en Europe et en France. Sécheresse, zones difficiles d’accès, activités humaines non contrôlées sont souvent des facteurs aggravant les risques de feux de forêt. Ces facteurs sont similaires au Tchad où Noé intervient pour la préservation des écosystèmes sahélo-sahariens dans son Projet d’appui à la gestion durable d’aires protégées sahélo-sahariennes, au Niger et au Tchad (PAGAPS).

La préservation du couvert végétal dans les écosystèmes sahélo-sahariens, et notamment dans la Réserve de Faune de Ouadi-Rimé Ouadi-Achim (RFOROA) au Tchad est vitale pour les populations humaines et la faune sauvage. Dans la zone la plus sensible aux feux de brousse dans la RFOROA, le couvert végétal est composé principalement de plantes herbacées pérennes et de bosquets d’arbres.

Cet habitat naturel est l’habitat de prédilection d’une faune sauvage unique. On y retrouve des gazelles dama (Nanger dama) avec la 2e population en taille à l’état sauvage, ainsi que des Oryx (Oryx algazelle) autrefois éteintes et désormais réintroduites par le Sahara Conservation Fund et l’état du Tchad.

Cet habitat est également une zone de pâturage vitale pour le cheptel camelin des communautés pastorales qu’il visite chaque année.

Le couvert végétal y est également un rempart indispensable contre la désertification, en maintenant un minimum d’humidité, maintenant le sol grâce au système racinaire.

Suite à la saison des pluies, cette zone devient un haut lieu de pastoralisme, avec une augmentation saisonnière du cheptel et du nombre de pasteurs. Cette hausse annuelle de fréquentation est à l’origine de nombreux feux de brousse dévastant ces habitats naturels si importants. Feux de camps mal éteints, étincelles lors du démarrage de 4x4 semblent être les principales sources de démarrage de feux de brousse.

Après analyse des feux de ces dernières années, Noé et ses partenaires ont été en mesure de circonscrire une zone de départ de ces feux, de modéliser le régime de vents pour la période la plus propice (octobre à novembre). Suite à cette analyse, lors d’une mission de rencontre de l’ensemble des acteurs de terrain en août dernier, Noé a établi un dispositif préventif de lutte contre les feux de brousse.

Prés de 300km de pare-feu au total, composés de 5 pare-feu larges de 7,5m, seront tracés par un tracteur mis à disposition par l’Office National de Développement Rural. Ce sera la première fois qu’un tel dispositif et de coopération sera mis en place au sein de la RFOROA.

Un tel dispositif devrait ainsi protéger ces habitats à haute valeur écologique et économique. Il sera évalué annuellement et verra à terme une coopération se systématiser pour la mise en place annuelle de pare-feu protégeant aussi bien les populations humaines que la faune sauvage. La gestion durable de la RFOROA, que Noé cherche à mettre en place dans le cadre du PAGAPS, sera ainsi renforcée.