Retour aux actualités

La gestion concertée de la RNNTT

10 octobre 2017

L’appropriation par le plus grand nombre du rôle bénéfique d’une aire protégée repose sur une gestion concertée, donnant la parole à l’ensemble des acteurs de cette réserve, des autorités à la société civile, de l’État aux communautés locales. Noé soutient, en réponse à cet enjeu d’appropriation, la gestion concertée de la Réserve Naturelle Nationale de Termit et Tin-Toumma (RNNTT) au Niger.

Les 8 et 9 août 2017 s’est déroulé à Niamey au Niger le Comité consultatif de gestion de la RNNTT. Cet organe officiel regroupe l’État, ses services déconcentrés, les collectivités de la Réserve, les représentants des communautés nomades, ainsi que la société civile, les acteurs économiques et les ONG œuvrant au sein de la RNNTT.

Le rôle de cet organe est de permette le débat sur les orientations stratégiques de gestion de la Réserve. La gestion des ressources naturelles biologiques telles que la faune et la flore est évidemment un sujet central. Dans le cas de la Réserve, la gestion des ressources pétrolières et leur exploitation font aussi partie des orientations stratégiques puisque des permis d’exploitation existent au sein de la RNNTT.

29 participants, provenant des 4 coins de la Réserve, grande de 97 000 km2, et du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, se sont donc réunis. Tous les acteurs étaient présents, excepté la China National Petroleum Corporation, seule compagnie pétrolière en exploitation dans la RNNTT, dont l’absence a été regrettée par l’ensemble des participants.

Le trafic de la faune sauvage, son braconnage, la prise en considération de l’état d’urgence écologique sont autant de sujets qui ont pu être abordés durant ces deux journées. Les moyens financiers et techniques affectés à ces sujets ont donné lieu à de nombreuses discussions et recommandations. En effet, le financement durable de la RNNTT est un enjeu majeur du fait de la difficulté pour le gouvernement du Niger de mobiliser plus de ressources financières pour sa gestion.

Noé travaille ainsi étroitement avec l’État du Niger et des bailleurs institutionnels de l’aide publique au développement (APD) pour développer des mécanismes de gestion et de financement durable pour la RNNTT.

Ce soutien de Noé à la tenue du Comité consultatif de gestion et à l’identification des mécanismes de gestion et de financement durable de la Réserve a lieu dans le cadre du Projet d’appui à la gestion durable d’aires protégées sahélo-sahariennes qui se déroule au Niger et au Tchad mené par Noé. Noé espère ainsi mettre en place des mécanismes de gestion pérennes d’ici la fin de ce projet en 2019.