Retour aux actualités

Habitat alternatif : les tiny houses

20 octobre 2017

Une tiny house, littéralement « maison minuscule », est une petite maison d’environ 10m2 de surface habitable dans laquelle on peut vivre toute l’année. Elles sont le plus souvent réalisées en bois et sur une remorque.

Ça vient d’où ?

 

Pour l’anecdote, on peut rapprocher le concept du fameux cabanon de Roquebrune-Cap-Martin de Le Corbusier, construit en 1951. Son « château sur la Côte d’Azur », comme il l’appelait, mesure moins de 14m2 et préfigure bien le caractère des tiny houses : habitat minimaliste, surface réduite, organisation de l’espace optimisée. Ne manquent que les roues.

Cependant, le mouvement des tiny houses actuelles vient des Etats-Unis. La paternité du concept est attribuée à un designer américain, Jay Shaffer, qui a développé une société spécialisée dans le micro-habitat et réalisé sa première « tiny house » officielle en 1999.

Le mouvement a gagné en ampleur suite aux ravages de l’ouragan Katrina en 2005, suivi par la crise immobilière de 2008. La tiny house permet alors d’offrir un logement à moindre coût pour les propriétaires ayant perdu leur logement lors de la crise financière.

Aujourd’hui, on en retrouve partout dans le monde, y compris en France.

 

Quels avantages ?

 

Vous l’avez compris, il y a de multiples raisons qui peuvent motiver à opter pour une tiny house. Être mobile, partir sur les routes à la découverte du monde, changer de lieu de vie au gré des saisons, faire un break financier, acheter une maison secondaire, vivre plus près de la nature... Tout dépend de ce chacun recherche.

L’un des avantages majeurs des tiny houses est l’aspect financier.

D’abord, le prix : en France, le montant de transaction moyen pour l’achat d’un bien immobilier s’élevait à près de 250.000€ en 2015. En parallèle, le coût d’une tiny house avoisine 15.000€ (si vous la construisez vous-même) ou à partir 25.000€ si vous décidez de l’acheter. C’est donc bien un facteur 10 qui sépare le montant d’un logement conventionnel du prix d’une tiny house !

Ensuite, les tiny houses permettent de réduire fortement les dépenses du quotidien. Elles sont très économes en eau et surtout en énergie. En effet, les principaux besoin énergétiques d’un logement (chauffage, ventilation, climatisation, eau chaude sanitaire, éclairage artificiel…) sont directement liés au volume concerné. D’autre part, vivre dans un espace minuscule force à réduire considérablement les dépenses en meubles, équipements et objets de décoration. À cela s’ajoute l’affranchissement d’un crédit sur plusieurs dizaines d’années et de taxe foncière. La tiny house permet de consacrer son argent à autre chose que payer son toit !

Enfin, la tiny house ne nécessite ni permis de construire ni terrain constructible.

 

Quelles contraintes ?

 

Bien que la législation concernant les tiny houses soit quasiment inexistante, il faut garder à l’esprit que pour pouvoir être déplacée, elle doit respecter un certain nombre de critères.

D’abord, le poids ne doit pas excéder 3500 kg remorque comprise (une remorque pèse environ 600 kg). Les dimensions sont également limitées si la tiny house se veut mobile : il est conseillé de ne pas excéder 4 mètres de hauteur et 2,55 mètres de largeur pour pouvoir se déplacer facilement. Pour plus d’informations, consultez le site https://tinyhousefrance.org/poids-taille-permis/

 

Et la biodiversité dans tout ça ?

 

La tiny house est souvent associée à des valeurs de changement. Globalement, une tiny house requiert beaucoup moins de matériaux qu’une maison standard. Une très large partie de la construction peut être réalisée à partir de matériaux biosourcés, dont le principal est le bois, qui est un matériau écologique s’il provient de forêts locales et gérées durablement. Il n’est pas rare de trouver des tiny houses dont l’isolation est en laine de mouton, en fibres de lin, de bois ou de chanvre.

De plus, comme évoqué plus haut dans cet article, les tiny houses permettent des économies drastiques d’énergie. Autant de manières de préserver les ressources naturelles !

Mais surtout, dans un contexte où l’étalement urbain est galopant et l’artificialisation des sols naturels et des terres agricoles ne cesse de croitre, une tiny house est un moyen de préserver les sols puisqu’elle ne nécessite pas de fondations !

Les tiny houses sont donc une illustration de ce que peut être une forme d’habitat durable plus respectueux de la biodiversité, en accord avec les gestes de la charte « Maisons de Noé ».

Retrouvez plus d’information sur Noé et ses programmes sur notre site : www.noe.org