Retour aux actualités

Des bouées, des radeaux, des poussins

27 avril 2017

Noé et ses partenaires ont mis en place des mesures de protection et de conservation du pélican frisé (Pelecanus crispus) depuis 2013 avec des résultats importants pour cette espèce. Noé a souhaité renforcer ces mesures de protection afin d’assurer leur durabilité pour les prochaines décennies.

Les scientifiques et experts réunis à Kerkini, en Grèce dans le cadre de l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEXA), sont arrivés à la conclusion que le pélican frisé est dépendant des efforts de conservation entrepris à son égard. Cette conclusion vient conforter la décision de Noé de renforcer les mesures de protection mises en place pour les colonies des pélicans frisés en Albanie, au sein du parc national de Karavasta et celui au Monténégro, le parc national du lac Skadar.

Ainsi, le zonage des sites de nidification au Monténégro et en Albanie, par des bouées flottantes, a été doublé. Cette mesure était primordiale car la perturbation des oiseaux nidificateurs qui sont en train de couver, diminue considérablement le succès reproducteur de cette espèce et donc, le nombre de poussins.

Le projet œuvre également depuis 2013 à la mise en place de radeaux ou plateformes pouvant servir de sites de nidification pour les pélicans frisés. Ces sites de nidification aménagés viennent remplacer les sites naturels, qui disparaissent du fait des aléas climatiques, entraînant l’érosion des îles naturelles et provoquant des inondations de plus en plus fréquentes. Noé a donc ajouté une plateforme en Albanie, mais également un radeau flottant au Monténégro.

Ce radeau au Monténégro en matériau de recyclage, non toxique pour les animaux et avec une durée de vie de 30 ans, double désormais la surface utilisable pour les pélicans en période de nidification.

L’ensemble de ces mesures semble d’ores et déjà amener à des résultats tangibles et positifs. En effet, malgré un mois de janvier très froid, ayant retardé la nidification et l’accouplement des pélicans frisés, le nombre de couples reproducteurs, le nombre de nids, d’œufs et les premiers poussins laissent présager une nouvelle saison record aussi bien sur le lac Skadar que dans la lagune de Karavasta. 52 couples reproducteurs sont à Karavasta, déjà 27 poussins sont sur le lac Skadar et avec encore 48 nids actifs dont certains comportent 4 œufs, ce qui représente le maximum biologique connu pour cette espèce.

Ces efforts pour pérenniser les mesures de conservation sont indispensables, mais les résultats obtenus dépendent également de la présence humaine sur le terrain, de leur implication quotidienne, ce à quoi Noé contribue avec l’ensemble des partenaires du projet.

Les scientifiques et experts réunis à Kerkini, en Grèce dans le cadre de l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEXA), sont arrivés à la conclusion que le pélican frisé est dépendant des efforts de conservation entrepris à son égard.