Retour aux actualités

Comment enrayer le déclin des oiseaux de nos jardins ?

21 octobre 2016

Les conclusions de la mise à jour de la liste rouge nationale des oiseaux nicheurs sont sans appel : huit ans après le précédent état des lieux, la situation s’est globalement aggravée sur le territoire métropolitain : un tiers des espèces est désormais menacé, contre un quart en 2008.

Ce travail piloté par le Comité français de l’UICN et le Muséum national d’Histoire naturelle a mis notamment en évidence le déclin de nombreuses espèces, en particulier les passereaux comme les verdiers, serins ou chardonnerets, désormais classés en catégorie « vulnérables ». Ce sont surtout la raréfaction des milieux favorables aux espèces (friches, prairies naturelles) et le développement d’une agriculture intensive qui sont la cause de cette raréfaction.

Par ses programmes de restauration de la biodiversité et notamment son programme « Jardins de Noé », Noé partage ce constat et mobilise activement les différentes parties prenantes du territoire (entreprises, collectivités et grand public), pour développer des aménagements favorables à la biodiversité et notamment aux oiseaux communs des jardins, certains désormais menacés

Egalement et parce que cette raréfaction d’une partie de l’avifaune touche directement le milieu rural, Noé mobilise agriculteurs et entreprises du domaine agro-alimentaire (LU par exemple), pour sensibiliser à la fragilité des milieux naturels et encourager des modes de cultures durables et respectueux de l’environnement. Le programme « Prairies de Noé » favorise ainsi la restauration d’emprises à plantes mellifères. Il diffuse également des mélanges de graines offrant à terme gîte et alimentation à de nombreux passereaux comme bruants et linottes, inscrits sur la liste rouge nationale.

Le rapport de l’UICN met en exergue le rôle important des réseaux associatifs et la nécessite du renforcement de l’action publique pour répondre à l’urgence de la situation et amplifier durablement les stratégies de restauration des milieux. Comme l’impulse Noé, il est fondamental en parallèle de reconnecter le citoyen, la collectivité et les entreprises à la nature de proximité. Pour protéger, il faut d’abord prendre conscience et connaître : l’enjeu des signaux d’alarmes de l’UICN et du Muséum national d’Histoire naturelle et plus généralement des programmes de sensibilisation et de pédagogie à l’environnement.