Retour aux actualités

60 % des primates menacés de disparaitre d’ici 25 à 50 ans

23 janvier 2017

Près de 60% des primates, nos plus proches cousins biologiques, pourraient disparaitre d’ici 25 à 50 ans, d’après une étude publiée par 31 primatologues internationaux dans la revue Sciences Advance, mercredi 18 janvier.

Ce constat est directement lié aux pressions de l’Homme sur ces primates et leur habitat : la chasse, le braconnage, l’exploitation forestière, chacune touchant 60% des espèces, l’expansion des terres agricoles et pour l’élevage, affectant respectivement 76% et 31% des espèces, et bien d’autres tels que le commerce illégal de singes, les maladies, la construction de nouveaux réseaux routiers, les forages pétroliers et gaziers, l’exploitation minière, la pollution et le changement climatique.

Pourtant les primates non humains jouent un rôle important sur l’économie, la culture et les traditions de nombreuses sociétés. Ils sont essentiels aux écosystèmes : par la dispersion des graines, ils contribuent au maintien et à la régénération des forêts. Ils sont également des éléments importants pour la recherche et la médecine.

Mais le combat n’est pas encore perdu. Ces primates disparaitront si rien n’est fait mais des actions concrètes peuvent être réalisées pour contrer ce déclin.

Les primatologues proposent ainsi des solutions pour protéger ces animaux en favorisant des actions permettant d’associer les populations locales à la conservation de ces espèces et à la gestion des forêts – leur source vitale de revenus.  Ainsi,  d’après eux, des solutions tels que la gestion communautaires des ressources, la sensibilisation des plus jeunes aux programmes de conservation ou le développement de l’écotourisme peuvent être des solutions qui permettront de sauver ces espèces. La reforestation fait également partie des solutions, de même que l’expansion des zones protégées, qui constituent des sanctuaires à long terme. Enfin, la poursuite de la recherche scientifique est cruciale.

Dans le cadre de sa mission « sauvegarder les espèces », Noé développe un programme de conservation des gorilles au Cameroun.

Et vous pouvez y participer en nous faisant un don !

Merci de votre soutien.