Retour aux actualités

L’Europe est la première barrière face aux agents chimiques

13 avril 2017

Le 11 avril, Noé a organisé une matinée d’échanges entre collectivités et entreprises afin de présenter des solutions concrètes pour atteindre l’objectif « zéro-phyto » dans les espaces verts publics et privés.
Le cadre réglementaire sur la biodiversité et sur l’utilisation des pesticides a pris un coup d’accélérateur avec la loi sur la biodiversité et l’application de la loi Labbé. Alors que de nombreuses collectivités et entreprises perçoivent encore ces évolutions comme une contrainte, d’autres innovent et voient en la biodiversité un facteur d’opportunités : réduction des coûts de gestion, implication des habitants pour les collectivités, engagement RSE et implication des salariés pour les entreprises, etc.

La loi Labbé a permis d'interdire l'utilisation des produits phytosanitaires par les collectivités territoriales, les établissements publics et l’État dans les lieux publics (les espaces verts, les forêts et les chemins ou promenades accessibles et ouverts au public) depuis le 1er Janvier 2017.
Elle interdira également la détention de produits chimiques et leurs utilisations à usage non professionnel aux particuliers à compté du 1er janvier 2019.

Initiateur engagé de la loi qui porte son nom, le sénateur écologiste du Morbihan Joël Labbé a tenu, lors du rassemblement du 11 avril, un discours constructif sur les priorités à venir, en particulier à l’échelle européenne « l’Europe est la première barrière face aux agents chimiques » et notamment pour les pays limitrophes à la France car, comme Joël Labbé le précise, « si des accords ne sont pas trouvés avec eux, pour stabiliser les productions et les commercialisations des produits phytosanitaires, les gens n’hésiteront plus à aller se fournir directement chez nos pays voisins ».

Quant à la biodiversité, elle a gravement été atteinte par l’incorporation d’intrants chimiques et il devient urgent d’agir pour la reconquérir. La loi de la reconquête de la biodiversité a permis plusieurs directives, comme notamment la création de l’agence française de la biodiversité qui prend en charge les problématiques liées à la perte de biodiversité. Les néonicotinoïdes, ces pesticides tueurs d’abeilles, seront interdits à partir du 1er septembre 2018, avec cependant, une possibilité de dérogations jusqu’au 1er juillet 2020, etc.

Joël Labbé a fini son intervention en concluant que "dans le contexte d’une évolution nécessaire de nos pratiques (pour la santé et l’environnement en particulier), l’objectif que nous devons atteindre est souvent considéré comme une utopie. Mais la Politique n'est-ce pas « l’art de rendre possible ce qui est nécessaire »  ?
Monsieur Labbé l'a démontré en faisant voter une loi à laquelle aucun défenseur de la biodiversité n'osait espérer.


La prise en compte de la biodiversité est incontournable et apporte de nombreuses opportunités à toutes les échelles du territoire.
Participez aux programmes de Noé pour plus de biodiversité et moins de pesticides !

"Villes de Noé" pour les collectivités
"Jardins de Noé PRO" pour les entreprises
"Jardins de Noé" pour les particuliers