Palmiers & Conifères : espèces emblématiques de la Nouvelle-Calédonie

En raison de leur importance culturelle, du niveau de menaces à l’échelle du territoire néo-calédonien et de leur représentativité de la forêt humide locale, les palmiers et les conifères ont été ciblés par Noé comme espèces porte-drapeaux des enjeux de conservation de la forêt humide de Nouvelle-Calédonie.

Les Palmiers : 39 espèces, 38 endémiques, 13 menacées
Les Conifères : 45 espèces, 42 endémiques, 22 menacées

Depuis 2009, l’équipe de Noé développe un programme de conservation des palmiers et des conifères en Nouvelle-Calédonie, basé sur une démarche partenariale et organisé en cinq domaines d’action :

1- Améliorer les connaissances :

  • Inventaires et cartographies des peuplements de palmiers et de conifères endémiques menacés ;
  • Évaluation du statut de conservation de ces espèces et de leur milieu ;
  • Suivi participatif de l’évolution des peuplements et de leur cycle de reproduction ;
  • Identification des menaces.

2- Conserver les espèces menacées

  • Protection des peuplements contre les menaces ;
  • Renforcement des peuplements in situ et ex situ ;
  • Renforcement du cadre réglementaire pour la protection des espèces menacées et création d'outils pour aider à la lutte contre le trafic illégal d'espèces.

3- Gérer durablement les espaces

  • Appui à la gestion d’aires protégées ou en devenir ;
  • Restauration de milieux dégradés ;
  • Création de corridors écologiques entre aires protégées.

4- Promouvoir un développement local durable

  • Accompagnement de projets (pépinières, sentiers botaniques) pour la gestion durable et la valorisation des ressources naturelles de la forêt tropicale humide ;
  • Développement de l’écotourisme.

5- Eduquer et Communiquer

  • Campagne d'éducation à la forêt humide ;
  • Sensibilisation auprès des communautés locales, des décideurs, des scolaires ;
  • Valorisation des résultats du programme.

Le but à long terme du programme est de contribuer à la gestion durable de la forêt humide et au développement local basé sur l’utilisation durable des ressources naturelles dont elle regorge.