Six recommandations pour la transition agroécologique des entreprises agroalimentaires. 

Pour accompagner les entreprises agroalimentaires à mettre en place des pratiques plus respectueuses de la biodiversité, ce guide, résultat d’un de réflexions collectives, propose des pistes d’actions concrètes illustrés par des témoignages d’entreprises :

  1. Intégrer l’agroécologie dans la stratégie interne des entreprises ;
  2. Inclure des objectifs agroécologiques dans des contrats fournisseurs propices à l’innovation ;
  3. Participer au développement du conseil agroécologique pour les fournisseurs agricoles ;
  4. Innover dans les procédés pour valoriser les productions agroécologiques dans leur diversité ;
  5. Partager les prises de risques liées à la transition agroécologique ;
  6. Délivrer un message clair, transparent et pédagogique au consommateur.

Accéder à la brochure complète.

Plaidoyer pour l’agroécologie

Suite à la Semaine des alternatives aux Pesticides 2018, Noé a publié un plaidoyer sur l’agroécologie. Ce texte rappelle les fondamentaux de l’agroécologie et les moyens de mettre en œuvre une transition durable et pérenne des pratiques agricoles en impliquant tous les acteurs de la filière.  

Télécharger le plaidoyer.

Le groupe de travail AgroAlimentaire et Transition Agroécologique

Pour développer des solutions opérationnelles pour améliorer l’empreinte biodiversité des enterprises agroalimentaire, Noé lance, avec CDC Biodiversité, le groupe de travail AGATA (AGroAlimentaire et Transition Agroécologique).  Coopératives agricoles, négoces, groupements de producteurs, industriels de la transformation et distributeurs de toutes filières, sont invités à participer à la construction de références, outils et méthodes opérationnelles pour la transition agroécologique et une biodiversité positive dans les filières agroalimentaires.

Dans le cadre du partenariat avec CDC Biodiversité, les membres d’AGATA sont invité à participer aux travaux du Club B4B+ piloté par CDC Biodiversité. Il a pour ambition de construire un indicateur synthétique de l’impact des activités économiques sur la biodiversité.

Consulter la plaquette AGATA.

Démonstrateurs agroalimentaires territoriaux (DAT)

La mise en place de DAT a pour objectif de favoriser l’appropriation par les acteurs locaux des opportunités liées à la transition agroécologique et de les encourager à soutenir les changements de pratiques des agriculteurs.

Dans le cadre de ces projets, Noé et ses partenaires souhaitent développer et expérimenter une méthode de construction de partenariats (ex : paiements pour services environnementaux par les collectivités, des acteurs du tourisme ou de la conservation de la biodiversité, mécénats d’entreprises locales, etc.) avec les territoires et les filières agroalimentaires (ex : adaptation des contrats, cahiers des charges, etc.) pour accompagner les changements de pratiques agricoles. Cette méthode s’appuie notamment sur deux outils : une plateforme informatique de suivi des données écologiques et économiques pour évaluer les actions mises en places, et un outil de modélisation pour formaliser les partenariats locaux.

En 2017, un premier DAT a été lancé en Baie Somme en partenariat avec la coopérative Noriap, Mondelez International dans le cadre de la démarche LU’Harmony, le CESCO et avec l’appui de deux conseillers scientifiques :

  • Michel TROMMETTER, dans le cadre de ses recherches, est impliqué dans divers projets portant sur les PSE (Paiement pour Services Environnementaux) en agriculture ;
  • Alain CHAPDANIEL a développé la démarche SDSC (Sustainable Demand-Supply Chain) déjà expérimentée sur quelques filières agroalimentaires.