Parcs de Noé

Bon nombre d’Aires Protégées en Afrique souffrent d’une gestion insuffisante, bien souvent du fait de la difficulté pour les Etats concernés à mobiliser les moyens humains et les ressources nécessaires pour préserver efficacement les ressources naturelles et la biodiversité qu’elles abritent.

Pourtant les Aires Protégées ont été identifiées comme sources de stabilité économique et de sécurité pour les communautés vivant dans et en périphérie de ces zones.

Pour pallier cette situation et faire des aires protégées de véritables outils de développement local durable, certains gouvernements africains ont fait le choix de déléguer la gestion de leurs aires protégées à des organisations non gouvernementales (ONG) spécialisées.

Ce sont désormais plus de 7 millions d’hectares d’Aires Protégées qui sont gérés en délégation à travers l’Afrique, avec près de 1000 gardes sécurisant non seulement ces parcs mais également les territoires environnants, le plus souvent en partenariat avec les forces armées nationales.

Noé, en déployant le programme « Parcs de Noé », répond donc également à cette problématique, et notamment à trois enjeux majeurs en Afrique francophone :

  • la protection de la grande faune menacée ;
  • l’amélioration des conditions de sécurité dégradées ;
  • le développement socio-économique des populations locales.

« Parcs de Noé » repose en effet sur un modèle de gestion déléguée développé par l’ONG sud-africaine African Parks Network.

Ce modèle repose sur un mandat, s’inscrivant sur le long terme (au moins 20 ans), déléguant à Noé les prérogatives de l’Etat pour la gestion intégrale effective de l’Aire Protégée, ainsi que la responsabilité du financement nécessaire à son bon fonctionnement. Cela permet de renforcer les capacités des Etats à gérer leurs aires protégées puisqu’ils restent impliqués directement dans leur gouvernance et leur gestion opérationnelle.

L’objectif général de « Parcs de Noé » est donc de déployer en Afrique francophone un modèle de gestion d’aires protégées et des zones périphériques, développé et éprouvé par African Parks Network, préservant leur patrimoine naturel tout en sécurisant ces territoires en s’appuyant sur un développement socio-économique durable.