Un hotspot de biodiversité

Les montagnes du centre du parc sont la source de huit fleuves d'importance majeure pour les populations humaines qui vivent dans les vallées et les plaines de Mindoro. L'identité culturelle des communautés Mangyans dépend de la préservation des ressources naturelles du parc. La gestion raisonnée de cette aire protégée est donc essentielle tant pour la biodiversité que pour l'homme.

Depuis 2012, Noé, en coopération avec les institutions locales, s'est engagé à préserver le patrimoine naturel et culturel du Parc National des Monts Iglit-Baco.

Le programme est construit autour de 3 objectifs complémentaires :

Amélioration des connaissances pour mieux comprendre le contexte naturel, social et culturel qui caractérise cette aire protégée.

  • Etudier la faune et la flore du parc, dont le tamaraw, le cerf brun et le sanglier de Mindoro ; ces dernières étant source de nourriture pour les Mangyans.
  • Mieux connaître les populations Mangyans, leur organisation sociale, leurs pratiques et leurs revendications, à travers une approche anthropologique et ethnoécologique.

Implantation d’un Plan de Gestion Intégré en apportant les moyens nécessaires à la mise en place de mesures de gestion efficaces et adaptées au Parc et à ses ressources naturelles.

  • Elaborer un Plan de Gestion Intégré qui intègre les besoins et la vision des communautés Mangyans.
  • Renforcer les capacités des gestionnaires pour la mise en œuvre pratique du Plan.

Pérennisation des efforts de conservation via le développement d'activités éco-touristiques afin de générer des revenus pour le parc.

  • Développer des circuits écotouristiques d'intérêts écologiques et sportifs au sein du parc, en relation avec d'autres sites naturels et culturels de la province.
  • Appuyer les gestionnaires du Parc pour améliorer l’accueil des touristes et l’utilisation des revenus générés.